Août 2006 - Mort de la reine maorie Te Arikinui

Te Arikinui

Te Arikinui, la Reine des Maoris, également connue sous le nom de Dame Te Atairangikaahu ou Te Ata, est décédée des suites d'une longue maladie dans sa résidence de Turangawaewae Marae à Ngaruawahia (région d’Hamilton, île du Nord) le 15 août 2006...

Le mouvement Kingitanga (la monarchie maorie) a été crée vers 1850 dans le but de donner aux chefs maoris un statut officiel, similaire à celui des colonisateurs britanniques, et pour leur permettre de négocier avec ces derniers. Le Roi maori n’a de fait pas de réel pouvoir mais son statut lui confère une dimension symbolique et culturelle destiné à rééquilibrer les relations entre maoris et pakehas (descendants des colons). Depuis sa création, le Kingitanga a été détenue par la tribu Tainui, qui compte 52 000 membres, 33 Hapu (sous tribus) et 65 Marae (communautés).

Descendante directe du premier roi maori, Pòtatau Te Wherowhero, Te Atairangikaahu était la fille du 5ème roi, Korokì V, auquel elle succéda en 1966 en tant que première reine maorie. C’est d’ailleurs à l'occasion de son couronnement qu’elle fut la première personnalitée d'origine maorie à être sacrée « Dame » par l’Ordre de l’Empire Britannique en 1970.

Agée de 75 ans, La Dame fêtait, en mai dernier, le 40ème anniversaire de son couronnement soit le plus long règne de la monarchie Kingitanga. A cette occasion, elle reçu le soutien de nombreuses personnalités politiques et royales du monde entier et les félicitations d’Helen Clark, Premier ministre de Nouvelle Zélande.

Mariée depuis 1952 à Whatumoana Paki, mère de sept enfants et Reine d’un peuple, elle était vénérée et respectée de tous. Durant son règne, elle oeuvra activement à la promotion et la reconnaissance de la culture Maorie à travers le sport, les arts et l'éducation et lutta notamment pour perpétuer la pratique de la langue dans les écoles. Dame Te Ata a été pendant plus de 40 ans l’Ambassadrice de la culture maorie dans le monde.

Contrairement à la tradition, Dame Te Ata n’a pas désigné de successeur, mais elle a émit en 2003 le souhait que ce soit un homme. Il semblerait que Tuheita Paki, son fils aîné, soit le favori mais des discussions sur le devenir du Kingitanga devraient avoir lieu durant la période de deuil avant la reconnaissance éventuelle d'un successeur.

Depuis mardi, elle repose à Turangawaewae Marae, pour un dernier hommage avant les funérailles de lundi qui se dérouleront à Waikato’s Taupiri Mountain, terre où reposent ses ancêtres.

Anne-Sophie

Photo: www. cantonrep.com

Commentaires