Recevoir un devis personnalisé ou appelez-nous au +(64).93.60.54.58

Comment le kiwi perdit ses ailes, un conte maori

Voyage Nouvelle-Zélande

Un jour, Täne Mahuta marchait à travers la forêt. Il regardait ses enfants les arbres s’élever vers le ciel et il remarqua qu’ils commençaient à être malade, des insectes les mangeaient. Il parla à son frère, Täne Hokahoka qui appela tout ces enfants les oiseaux.

Tane Mahuta leur parla ainsi :

« Quelque chose mange mes enfants les arbres. J’ai besoin que l’un de vous descende de la cime des arbres et vive sur le sol, alors mes enfants seront sauvés et votre maison aussi. Qui viendra ?  »

Tout était silencieux et aucun oiseau ne parlait. Täne Hokahoka se tourna vers Tui : « Tui, descendras-tu de la cime des arbres ? ». Tui regarda vers la cime des arbres et vit le soleil filtrer entre les feuilles. Tui regarda vers le sol sombre et froid et frissonna. « Kao, Täne Hokahoka, il y fait trop noir et je suis effrayé par le noir. »

Tout était silencieux et aucun oiseau ne parlait. Täne Hokahoka se tourna vers Pükeko : « Pükeko, descendras-tu de la cime des arbres ?  ». Pükeko regarda vers la cime des arbres et vit le soleil filtrer entre les feuilles. Pükeko regarda vers le sol froid et humide et frissonna. « Kao, Täne Hokahoka, c’est trop humide et je ne veux pas me mouiller les pattes . ».

Tout était silencieux et aucun oiseau ne parlait. Täne Hokahoka se tourna vers Pipiwharauroa : « Pipiwharauroa, descendras-tu de la cime des arbres ? ». Pipiwharauroa regarda vers la cime des arbres et vit le soleil filtrer entre les feuilles. Pipiwharauroa regarda autour de lui et vit sa famille. « Kao, Täne Hokahoka, car je suis occupé en ce moment à construire mon nid . »

Tout était silencieux et aucun oiseau ne parlait. Grande était la tristesse dans le cœur de Täne Hokahoka, car il savait que si aucun de ses enfants ne descendait de la cime des arbres, non seulement son frère perdrait ses propres enfants les arbres, mais les oiseaux n’auraient plus de maison.

Täne Hokahoka se tourna vers Kiwi : « E Kiwi, descendras-tu de la cime des arbres ?  ». Kiwi regarda vers la cime des arbres et vit le soleil filtrer entre les feuilles. Kiwi regarda autour de lui et vit sa famille. Kiwi regarda la terre froide et humide. Il regarda une fois de plus autour de lui, se tourna vers Täne Hokahoka et dit : « J’irais  ».

Grande fut la joie dans les cœurs de Täne Hokahoka et Täne Mahuta car Kiwi leur donnait de l’espoir. Mais Täne Mahuta sentit qu’il devait prévenir kiwi de ce qui allait arriver :

« E Kiwi, est-ce que tu réalises, que si tu fais ça, tu devras avoir des jambes fortes et épaisses pour pouvoir découper les bûches et marcher sur le sol, tu perdras tes magnifiques plumes colorées et tes ailes, tu ne pourras plus jamais retourner sur la cime des arbres et tu ne verras plus jamais la lumière du jour  ? ».

Tout était silencieux, aucun oiseau ne parlait. Kiwi regarda une dernière fois le soleil filtrer à travers les feuilles et lui dit un adieu silencieux. Kiwi regarda les autres oiseaux et leurs plumes colorées et leur dit un adieu silencieux. Il regarda autour de lui encore une fois et se tourna vers Täne Hokahoka et dit : « J’irais ».

Alors Täne Hokahoka se tourna vers les autres oiseaux et leur parla ainsi :
« Tui, parce que tu étais effrayé pour descendre de la cime des arbres, à partir de maintenant tu porteras deux plumes blanches à la gorge comme marque de ta couardise. Pukeko, puisque tu ne voulais pas avoir tes pieds mouillés, tu vivras pour toujours dans les marais. Pipiwharauroa, parce tu étais trop occupé à construire ton nid, à partir de maintenant, tu ne construiras plus jamais un autre nid, mais tu déposeras tes œufs dans les nids des autres. Mais toi Kiwi, par ton grand sacrifice tu deviendras le plus connu et le plus aimé de tous les oiseaux  ».

Traduit par Thomas

Commentaires